BAIE DE TXINGUDI HENDAYE

RESUME DU SITE

ARTICLES DE PRESSE 

 

Le 17 octobre 2020 - Exposition durant trois mois à ASPOROTSSTIPI de Jean Bonichon. Boga Boga 2020 propose une vision nouvelle de la Baie de Txingudi, de L'ile des Faisans à l'océan.

Le 16 décembre 2019 - SUD-OUEST. (Résumé de la situation et problème désensablement devant local Endaika)

Le 22 avril 2019 - SUD-OUEST. (Dénonciation de la situation de désensablement devant le bâtiment Endaika)

Le 18 avril 2019 - Site web de la ville d'Hendaye sur la zone protégées. (Localisation, affichage, réglementation)

Le 18 septembre 2018 - TVPI. (Enterview de JPU par TVPI sur la baie)

Le 26 décembre 2017 - SUD-OUEST. (Article soulignant l'autorité du préfet sur la baie)

Le 11 décembre 2017 - SUD-OUEST. (Article principal du blog, basé sur l'analyse de la photo aérienne de la baie)

Le 25 juin 2013 - SUD-OUEST. (Ensablement, raison de l'arrêt du dragage, conséquences)

 

 

COURRIERS ECRITS ET RECUS

 

Le 3 décembre 2019 - Lettre de JPU à la Mairie avec copie à la Direction Départementale des Territoires & de la Mer. Pau (Aucune réponse)

Le 19 avril 2019 : Réponse de la Mairie à JPU sur courrier du  5 avril 2019 - (La proposition d'engraissement de plage est jugée simpliciste. Mais très rapidement on constate qu'au lieu de sable on préfére mettre des gravas et caillous divers au pied de l'aplomb sur la plage)

Le 5 avril 2019 : Lettre du JPU à la Mairie sur le désensablement de la plage devant le local Endaika.

Le 2 janvier 2018 - Lettre de JPU à la Communauté d'Aglomération du Pays-Baque. (Copie des deux courriers à la mairie)

Le 30 décembre 2017 - Lettre de JPU à la Mairie. (Courrier complémentaire à celui du 13 novembre 2017)

Le 13 novembre 2017 - Lettre de JPU à la Mairie. (Premier courrier sur l'enrochement et la spartine. Proposition de deux solutions)

 

 

DOCUMENTS DE FONDS

 

Le 28 janvier 2019 - Site du Syndicat Intercommunal du Bassin Arcachon traitant de la spartine.

Novembre 2016 - Guide de bonnes pratiques pour la maîtrise de Spartina Anglica sur le Bassin d'Arcachon.

Le 12 février 2018 - Retour d'expérience de gestion sur la spartine en Rade de Brest.

Le 9 août 2014 - Plan d'action pour la protection des cordons littoraux et marais maritimes associés en rade de Brest.

Le 9 mars 2015 - Résumé historique établi par Bernard Albizu de 1927 à 1993.

2ème trimestre 1978 - Les Oiseaux de Chingoudy par Les Bohom.

Le 15 septembre 1931 - La véritable Histoire d'Hendaye Plage par Georges Langlois.

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 janvier 2021

BOGA BOGA 2020

J'ai écrit cet article car la performance de Jean BONICHON a pour cadre la Baie de Txingudi, dans la version la plus large, depuis l'Ile des Faisans jusqu'à l'océan. Je pense qu'il est toujours intéressant d'essayer de voir notre quotidien sous un nouvel angle artistique. C'est ce que nous propose Jean BONICHON.

Au mois de mars 2020, juste avant le confinement, j'ai eu la chance de participer en tant que barreur à la descente de la Bidassoa sur un radeau représentant le toit de maison. Personnellement, dans mon enfance, j'ai utilisé divers radeaux sur la Bidassoa du coté de Biriatou. J'en ai même construit un avec une voile, mais c'est une autre histoire.

Le radeau de Jean Bonichon représente une maison qui part à la dérive. Cette performance nous rappelle que la montée des eaux est maintenant inéluctable. Symboliquement, de nombreux réfugiés devront ainsi abandonner leur maison et la regarder partir à la dérive.

Voici  l'artiste Jean BONICHON

200311 JEAN BONICHON

Voici la présentation de BOGA BOGA 2020 qui fit d'ailleurs l'objet d'une exposition à Asporotsstipi durant le dernier trimestre 2020.

Jean Bonichon

dispositif vidéo ou toit/radeau : dispositif global d'exposition, charpente bois flanquée de 6 bidons 220L sanglés et 3 bidons de 30L, plaques PVC, tuiles romanes, techniques mixtes.

http://dda-aquitaine.org

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2021

4 janvier 2021 - Bilan au niveau faune, flore et mineral de la Baie.

Observation rapide au niveau faune, flore et minéraux, faite le 4 janvier 2021 par moi-même.

FAUNE :

Pas d'observation significative durant l'année 2020. Je rappelle que je ne suis ni un expert, ni même un spécialitste. Néanmoins, depuis toujours, je reste attentif et intéressé par tout ce qui a trait à la Baie de Txingudi. 

Lorsque j'étais enfant (il y a 50 ans), j'ai appris à nager dans la Bidassoa au niveau de l'actuel port de Plaisance. Je me rappelle, alors que nous allongions notre coup pour garder notre menton hors de l'eau, il arrivait fréquemment que de petits poissons longs d'une quinzaine de centimètres nous passent sous le nez. On pouvait les attraper facilement car ils avançaient lentement toujours à la même vitesse. Il s'agit de l'aiguille de mer, un poisson de la même famille que l'hippocampe avec les mêmes mâchoires collées.

201121 AIGUILLE DE MER

J'aimerais bien savoir s'ils en existent encore et que faudrait-il faire pour qu'ils reviennent dans notre baie? Ce serait bien la preuve d'un retour à de meilleures eaux. De même pour les hippocampes, comme dans le Bassin d'Arcachon. Ce n'est pas impossible.

En effet, lorsque j'ai expliqué à ma mère de 89 ans que l'aiguille de mer appartenait à la famille des hippocampes avec le même museau, elle m'a répondu qu'étant jeune en se baignant devant chez elle à Biriatou, elle en avait vu un. Elle me l'a décrit avec sa forme caractéristique. Je n'ai pas de raison de mettre en doute son témoignage prouvant qu'il y avait des hippocampes jusqu'à Biriatou au niveau du pont de l'autoroute (Il y a 75 ans).

Pour plus d'information sur ce poisson voir le lien suivant :

FLORE :

Pas d'observation significative non plus cette année 2020, si n'est une légère baisse de surface tant pour les zostères que pour la spartine, par rapport à l'année 2019.

 

MINERAL :

L'EROSION PERIPHERIQUE

La dune de sable dite "Ile aux Oiseaux" continue de se rapprocher du stade Lizarazu. Compte tenu de la masse considérable de sable, on aurait pu penser que celle-ci allait vite rencontrer l'enrochement et s'y accumuler. Mais ce n'est pas le cas. Au contraire, on observe au pied de l'enrochement, une "tranchée" de plusieurs mètres de large et environ 40 cms de profondeur par rapport au niveau de sable. (voir photo ci-dessous).

210101 TXINGUDI EROSION PERIPHERIQUEL'analyse de cette photo permet de constater l'extraordinaire résistance de la spartine. Cette photo ayant été prise le 1er janvier 2021, la partie aérienne de la plante a disparu mais son réseau racinaire reste très présent. Il est extrêmement dense et profond, parfaitement adapté pour résister à l'érosion.

La deuxième chose que l'on peut déduire de cette photo, c'est que l'érosion principale de la dune se fait à cet endroit. En effet, tout le sable porté par le vent depuis la dune passe par-dessus la plateforme de spartine jusqu'à l'enrochement, où il est stoppé. On voit d'ailleurs une réduction de cette dune tant en volume qu'en hauteur. Si cela perdure, la disparition de cette dune artificielle qui fut constituée au moment du remblaiement du stade Lizarazu, est fortement probable.

 Pour expliquer cette tranchée le mieux est de regarder la vidéo suivante.

 

Cette vidéo a un coté spectaculaire. En effet en 1minute 3", on voit un fort courant qui va dans un sens, puis dans l'autre. Il semble donc logique de penser que cette tranchée se crée par effet de ressac lors d'une puissante houle de tempête. Celles-ci n'étant pas fréquentes, l'érosion reste limitée, mais comme les tempêtes, elle recommencera.

 

LE DEFICIT DE SABLE SUR LA PLAGE DU CENTRE NAUTIQUE

Voici mes dernières photos au 1er janvier 2021

210101 TXINGUDI EROSION PLAGE ZOOM

 

210101 TXINGUDI EROSION PLAGE

On peut voir :

  1. La plage continue de s'effondrer.
  2. La falaise de sable continuer d'avancer vers le bâtiment du club Endaika. La distance avec le bâtiment n'est plus que 4 à 5 mètres. Elle était de 8m fin 2018 et plus de 9 mètres lors de la construction du bâtiment. Il n'y avait surtout aplomb.
  3. On  constate également un dépôt d'enrochement divers sur la plage, au pied de l'aplomb, sans grand effet.

La cause du déficit de sable peut être attribuée en partie à l'enrochement du parking, un peu comme je l'ai expliqué précédemment. Mais le ressac n'est pas aussi fort de ce coté de la baie.

A mon sens, la véritable raison ne se voit pas car elle est immergée. Il y a au bout de cette plage un grand trou, toujours en eau même à marée basse. En se plaçant au bout du ponton de mise à l'eau du club Endaika, j'ai mesuré une profondeur de 10m, alors que l'autre coté du parking, l'eau arrivait tout juste au pied de la falaise de sable du bâtiment Endaika. C'est une profondeur incroyable qui explique que tout le sable de la plage y disparaisse.

Dans mes articles précédents, j'ai proposé des solutions et essayé d'impliquer les pouvoirs publics, à ce jour sans succès.

A mon sens, ce trou se creuse du fait d'un fort courant entrant et sortant de la baie. La force de ce courant est due à deux facteurs.

Le premier est celui du rétrécissement de la zone de delta de la Bidassoa. Par le passé, le courant de la Bidassoa se répartissait sur toute la surface de la baie. Actuellement, le champ de spartine contre le stade Lizarazu, suivi de la dune "Ile aux oiseaux" puis de l'enrochement initial de l'Ile aux oiseaux forment une barrière au courant descendant. Il y a donc une accélération du courant qui arrive perpendiculairement au quai de la Floride.

Le deuxième facteur est également un rétrécissement formé par l'enrochement initial de l'Ile aux oiseaux. A marée basse, on peut observer un cercle de rochers qui avaient été placés autour du remblai de sable pour éviter que la dune ne s'étale. Malheureusement, cela n'a eu aucun effet sur la dune qui s'est déplacée selon les vents dominants d'Ouest en Est. L'enrochement lui ne s'est pas déplacé et forme actuellement une double digue avec ses effets d'affouillement et d'engraissement. Cet enrochement fait face à celui placé dans l'alignement du quai de la Floride allant de Tribord jusqu'à l'autre coté de la baie. Ces deux enrochements semblent assez éloignés mais par rapport au reste de la Baie, il forment un réel rétrécissement qui là aussi conduit à une accélération du courant cette fois parallèlement au quai. Ces courants expliquent le creusement du sable à cet endroit. C'est, je pense l'endroit le plus profond de toute la baie.

210107 ENROCHEMENT ILE AUX OISEAUX

La solution évidente consisterait à supprimer cet enrochement. La photo ci-dessus montre bien que les rochers retiennent le sable dernière eux et l'empêchent de glisser dans le trou. Si cela se produisait, on aurait un fond de baie plus uniforme et une amélioration tant au niveau d'envasement que de désenvasement.

Le problème est donc d'ordre politique. Que veut-on pour cette baie ?

Soit un espace en eau maximum comme c'est le cas actuellement. Cela implique de conserver les enrochements actuels et même d'en rajouter d'autres, par exemple sur la plage du Centre Nautique. C'est plus propre et le problème d'envasement serait normalement réduit.

Soit un espace d'estran maximum avec beaucoup plus de vase et de sable à découvert à marée basse. Il y aurait également plus d'espace d'eau à marée haute. Cela implique d'enlever l'enrochement initial de l'Ile aux oiseaux. Supprimer la spartine sur un couloir contre le stade Lizarazu pour préserver l'érosion périphérique de la Baie. Réduire mécaniquement la dune "Ile aux oiseaux" pour rapatrier le sable sur la plage du Centre Nautique. Je rappelle (voir articles précédents) que les pouvoirs publics engagent des sommes conséquentes pour lutter contre la spartine une herbe invasive et de poldérisation, qui cause de gros dégâts sur de vastes plans d'eaux tels que le Bassin d'Arcachon ou la Rade de Brest. Je rappelle également que la dune appelée joliment "Ile aux Oiseaux" a été crée lors du remblaiement du stade Lizarazu. Sauf avis contraire, aucun oiseau n'a niché dessus. Aucun oeuf n'y a été pondu.

Il y a donc un choix à faire. Pour l'instant la première option est celle qui est suivie.

A titre personnel, je préférerais la deuxième.

Suivre cette seconde option revient à agir activement pour retrouver un fond uniforme sur toute la baie, comme par le passé.

Pour cela la première chose à faire serait d'identifier les différents responsables sur chaque zone de la Baie.

 

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2019

Le 16 décembre 2019 - Entre vase et sable la baie inquiéte

Article paru dans le SUD-OUEST sur l'ensablement de la baie de Txingudi par Edith Anselme

191216 SUD-OUEST TXINGUDI

 

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2019

4 décembre 2019 - Bilan au niveau faune, flore et miréral de la baie.

Observation rapide au niveau faune, flore et minéraux, faite le 4 décembre 2019 par moi-même.

FAUNE : L'élément le plus important s'avère être le moins visible. A la fin de l'été et jusqu'aux premiers froids, sur les berges de la baie de Txingudi, en marchant près de l'eau, je me rappelle avoir vu une multitude de petits alevins qui s'échappaient en sautant hors de l'eau. Cette année, je n'en ai vu aucun. Cette disparition discrète est inquiétante. Elle mérite d'être rappelée.

A cela s'ajoute une raréfaction des bancs de muges de moins en moins nombreux sur la Bidassoa.

FLORE : Concernant la flore, on peut constater un accroissement de la zone porteuse de zostères sur toute la baie et principalement au Sud de l'Ile aux Oiseaux. On peut observer des cygnes le bec dans l'eau qui grâce à leur long cou vont cueillir brin par brin, cette herbe au fond de l'eau. C'est une bonne chose non seulement pour les cygnes et les canards mais aussi pour les limicoles. Ces zones de zostères sont favorables aux coques et aux vers qui y prospèrent bien mieux que dans les zones de spartines.

En ce qui concerne la spartine, la qualité des herbages semblait moins bonne cette année. La densité était plus faible, le vert était moins éclatant.

A l'Est de l'Ile aux oiseaux, du fait de l'élévation du sol, la spartine qui était présente en exclusité il y a encore deux ans, commence à laisser la place à diverses herbacées.

Sur l'Ile aux Oiseaux, on peut observer des roseaux. Accessoirement, on peut en déduire que ce sable n'est pas salé.

MINERAL : L'Ile aux Oiseaux  a continué de se déplacer vers le stade. De ce fait, elle s'est éloignée de l'enrochement inital et un espace de plus de 30 m se trouve maintenant entre le bas de la dune et l'enrochement. Sur ce nouvel espace les courants descendants de la Bidassoa ont commencé à creuser un passage. Cela se traduit par une hauteur de dune plus faible que l'année dernière, sauf du coté Est où le niveau monte du fait de son blocage par l'enrochement du stade Lizarazu. L'érosion périphérique de la baie bien qu'encore existante en est fortement menacée.

Sur l'ensemble de la baie, il semble que le rapport entre sable et vase évolue vers un peu plus de sable.

L'élément le plus préocupant est celui de la disparition de sable sur la plage devant le local du club d'Aviron Endaika. Il y a une falaise de sable d'une hauteur de 1,20m qui ne cesse de reculer. A ce sujet, j'ai écrit un courrier à Monsieur le Maire d'Hendaye le 4 décembre 2019 avec copie à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, à Pau. Ce courrier est une actualisation de mon courrier du 27 novembre 2017 avec des propositions de solutions qui pourraient être une alternative à un enrochement qui à mon sens n'est pas inéluctable.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous.

 

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2019

Le 18 septembe 2018 - A la découverte de la baie -

TVPI a réalisé une série de reportages sur les endroits caractéristiques de la Côte Basque. La chaine de télévision m'a sollicité pour que je parle un peu de la Baie de Txingudi. Ci-dessous voici le lien de ma modeste prestation. 

La video a été tournée à marée haute et l'enrochement dont je parle, celui de qui a été placé autour de l'ile aux oiseaux initialement, n'est pas visible. C'est bien dommage car rien ne vaut une bonne image pour comprendre la réalité de cette digue et son effet sur l'ile aux oiseaux.

 

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2019

18 avril 2019 - Baie de Txingudi : zone des vasières, île aux oiseaux

 Ci-dessous, le lien de la ville d'Hendaye publiant un article dans la rubrique environnement.

Baie de Txingudi : zone des vasières, île aux oiseaux - Hendaye

La baie de Txingudi forme la frontière naturelle entre la France et l'Espagne. Formation de la baie La baie de Txingudi est née de la rencontre entre la Bidassoa et l'océan. Au grès des marées, des eaux de différentes origines se mélangent pour donner vie à un milieu exceptionnel en...

https://www.hendaye.fr

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2019

5 avril 2019 - Les falaises de la baie de Txingudi.

 

190405_LETTRE_JPU_MAIRIE

J'ai adressé le 5 avril 2019 le courrier ci-dessus à Monsieur le Maire, car je suis contre un nouvel enrochement sur la plage de la baie de Txingudi.

Voici, ci-dessous sa réponse du 19 avril 2019.

190419 MAIRIE JPU TXINGUDI

 Mes commentaires sur le courrier du maire.

1- Une solution simpliste est une solution simple mais inefficasse. Effectivement, il est probable que si l'on déplace le sable, il reparte dans son endroit d'origine mais ce n'est pas certain. Les courants peuvent être modifiés et l'érosion aussi. Même si le sable repart, il le fera petit à petit dans un délai allant de plusieurs mois à plusieurs années. C'est peut-être une solution provisoire mais qu'il convient d'essayer surtout si tout le monde reconnaît sa simplicité.

2 - La prochaine initiative importante sera une proposition municipale d'évolution du domaine portuaire dont elle est concessionnaire.

 

FALAISES 2

Falaise de la baie 1SansTrès grandeGrande

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2019

28 janvier 2019 - Ce qui bouge et ce qui s'envase.

CE QUI BOUGE :

- Erosion rapide de la plage au niveau du club Endaika. Il ya une falaise de sable de plus d'un mètre de hauteur qui se rapproche du hangar du club. Il est actuellement à moins de 8 mètres.

-  La spartine continue son action de poldérisation. Sur le coté Est de l'Ile aux Oiseaux sont apparues cette année de nouvelles espèces végétales. La circulation de l'eau sur le périmètre de la baie est de plus en plus difficile à cet endroit.

- Le Syndicat Intercommunal du Bassin d'Arcachon est un regroupement des 10 communes du Bassin d'Arcachon. La SIBA a dépensé plus de 85000€ dans la lutte contre la spartine. Le syndicat a publié des documents particulièrement intéressants sur la spartine :

 

La gestion de la spartine anglaise sur le Bassin

Un groupe de travail a été mis en place, composé des élus des dix communes riveraines du Bassin d'Arcachon, de représentants du monde associatif, de scientifques (Université de Bordeaux, CBNSA,Ifremer) et de gestionnaires du territoire (SIBA, PNM du Bassin d'Arcachon, PNR des Landes de Gascogne, DREAL et DDTM).

https://www.siba-bassin-arcachon.fr

 

 

 

 

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2018

3 avril 2018 - La dégradation continue

L'hiver à été trés pluvieux mais sans crue majeure ni innondation comme c'est normalement le cas chaque année. C'est important, car c'est seulement à ces occasions qu'une crue par un effet de chasse-d'eau vide d'un coup le lit de la rivière d'une grosse partie de ses sédiments.

Il y a eu néanmoins deux modifications significatives dans la baie de Txingudi :

1 -  Autour de l'enrochement de la dune initiale un gros volume de sable s'est déposé. La surface de sable vaseux apparaissant à marée basse est beaucoup plus grande. La hauteur de la dune a augmenté. L'enrochement ne bouge pas.

2 -  Coté ouest, la plage de sable du Centre Nautique a été attaquée très fortement sur le coté sud. Il y a eu à cet endroit une érosion très importante (entre 30 et 90 cms). Il est probable que prochainement (quelques mois) un nouvel enrochement soit déposé à cet endroit en évoquant l'urgence.

180324 TXINGUDI EROSION PLAGE 2

180307 TXINGUDI ENVASEMENT EROSION

180324 TXINGUDI EROSION PLAGE 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est frappant d'observer comment une érosion aussi massive se trouve aussi proche d'un dépôt également très important. En effet, la plage du Centre Nautique se trouve à moins de 300 mètres de l'enrochement placé autour du dépôt de sable initial.

Si l'on veut éviter l'enrochement d'urgence, sur le sable de la baie de Txingudi, il peut être judicieux d'enlever celui placé autour de la dune initiale, qui n'a aucune utilité. La suppression de cette digue circulaire devrait permettre aux masses de sable de retrouver leur équilibre initial.

Au niveau décisionnel il convient de répondre préalablement à quatre questions :

1 - L'enrochement placé autour du dépot de sable initial est-il aujourd'hui dommageable ou pas à la baie de Txingudi ?

2 - La spartine peut elle être qualifiée d'herbe invasive, favorisant fortement la poldérisation ?

3 -  Si tel est le cas, doit-elle être protégée, éliminée, contrôlée ?

4 -  L'effet conjugé de l'enrochement à l'ouest et de la spartine à l'Est, ne condanne-t-il pas la Baie de Txingudi à un envasement certain ?

Posté par Jean-Pierre URIA à 16:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 février 2018

12 février 2018 - La spartine en France et dans le monde.

EN RADE DE BREST :

Retour d’expérience de gestion réalisé dans le cadre des travaux du groupe de travail Invasions biologiques en milieux aquatiques – Onema & UICN France, janvier 2016

 

 TOUJOURS EN RADE DE BREST

Excellente étude universitaire : "Plan d'action pour la protection desz cordons litoraux et marais maritimes associés en rade de Brest.

Stephan_et_al_2012_GCGC

Posté par Jean-Pierre URIA à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2018

6 janvier 2017 - Sud-Ouest - Le fragile équilibre permanent.

Extrait de l'article du Sud-Ouest du 6 janiver 2017 :

Du fait de la demande d'études supplémentaires de la part de la Direction départementale des territoires et de la mer, le serpent de mer que représente le désenvasement de la baie continuera de ramper au moins jusqu'en 2019/2020.

Commentaire : Le problème d'envasement est analysé principalement par rapport au port de plaisance. La garantie d'accès par tout temps même à marée basse de fort coefficient, est l'impératif premier. Le fait que la baie de Txingudi s'envase inoxérablement semble être secondaire.

Posté par Jean-Pierre URIA à 13:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2018

Un nouvel étage de poldérisation

 

170105_TXINGUDI_NOUVELLE_SPARTINE

 

 

Cette nouvelle spartine (4 touffes en janvier 2018) apparaît au plus haut du champ de spartines entre la dune et le stade de foot-ball.

Principales caractèristiques :

Plus haute que la spartine que l'on observe l'été.

Reste verte en hiver, contrairement à la spartine d'été qui disparaît en hiver.

Sa présence et son développement va accèlérer encore le procésus de poldérisation.

Posté par Jean-Pierre URIA à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2018

26 décembre 2017 - Sud-Ouest - "Aucun coup de pelle avant 2019"

Extrait de l'article du Sud-Ouest du 26 décembre 2017 :

Enfin, concernant l'envasement de la baie, "il n'y aura pas de coup de pelle avant 2019. Les démarches sont compliquées, le préfet pilote ce dossier".

Commentaire : Ce qui semble compliqué vient du fait que le site soit classé en Natura 2000. De trop nombreux responsables doivent donner un accord collégial. Le fait d'être en zone frontalière augmente cette  difficulté. Néanmoins, en tant que citoyen, je dénonce cette complexité administrative conduisant à une procrastination quasi inévitable. (voir article Sud-Ouest du 25 juin 2013)

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2017 - Lettres de Jean-Pierre URIA à la Mairie et à la Communauté d'Agglomération du Pays Basque

171113_SPARTINE_MAIRIE

Le 13 novembre 2017, j'ai alerté la mairie sur le problème d'envasement suite à une observation sur la forme de l'ile aux oiseaux et sur l'enrochement que chacun peut observer à l'Ouest de cette dune artificielle. J'ai également rappelé que le problème est fortement agravé par une herbe invasive de poldérisation ; la spartine.

171230_MAIRIE_TXINGUDI_ENROCHEMENT

N'ayant pas de réponse de la Mairie à mon courrier du 13 novembre 2017, je leur ai envoyé le 30 décembre 2017, une nouvelle lettre permettant de compléter mon analyse par rapport au fait que le site soit classé Natura 2000.

180102_COMMUNAUTE_PAYS_BASQUE_ENROCHEMENT_TXINGUDI

Le 2 janvier 2018, j'ai envoyé également une copie de ces courriers à la communauté d'agglomérations Pays-Basque, car depuis 2016 l'Etat à donné délégation à cette instance.

Posté par Jean-Pierre URIA à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2017 - Sud-Ouest "Coups de rame limités dans le baie de Txingudi"

 

 

171211 SUD-OUEST TXINGUDI

Extrait de l'article du Sud-Ouest du 11 décembre 2017

"Pour Jean-Pierre URIA et bien d'autres usagers, la conséquence de cet enrochement est le blocage du cycle d'érosion normal de la baie, qui combiné au champ de spartines situé du côté du stade, conduit à une double condamnation par envasement de la baie de Txingudi"

Goutte d'eau

spartineenrochement

180408 ENROCHEMENT TXINGUDI

 

Posté par Jean-Pierre URIA à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2013 - Archive : Sud-Ouest "l'envasement de la baie en situation critique mais non catastrophique."

 

 

Extrait de l'article du Sud-Ouest du 25 juin 2013 :

A l'époque deux entreprises situés des deux cotés de la frontière, récoltaient 40000 m3 de vase par an. Grace à elles une sorte d'équilibre était maintenue. (...) Puis l'Etat à contraint ces entreprises de dragage à n'extraire de la Bidassoa qu'un minimum réglementaire, soit 2000 m3 par an. Les entreprises ont disparu en 1992.

Posté par Jean-Pierre URIA à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Août 1976 - Archive : "Les Oiseaux à Chingoudy" Les Bohom -

Livret sur les oiseaux à Chingoudy.780600_TXINGUDI

Posté par Jean-Pierre URIA à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]