Extrait de l'article du Sud-Ouest du 25 juin 2013 :

A l'époque deux entreprises situés des deux cotés de la frontière, récoltaient 40000 m3 de vase par an. Grace à elles une sorte d'équilibre était maintenue. (...) Puis l'Etat à contraint ces entreprises de dragage à n'extraire de la Bidassoa qu'un minimum réglementaire, soit 2000 m3 par an. Les entreprises ont disparu en 1992.